Discours- Niger Nov. 2015 – Lancement du programme conjoint

Mon discours tenu à Dosso, au Niger, à l’occasion du lancement du programme conjoint mis en place par la FAO, l’ONU femmes, le PAM et le FIDA favorisant l’accélération de l’autonomisation économique des femmes rurales. 

_DSC3866_Fotor

Avant toute chose, nous tenons à adresser tous nos remerciements et notre gratitude à monsieur le Ministre d’état, à monsieur le Secrétaire Général, à Sa Majestée le Sultan de Dosso, aux représentants de la FAO, de l’ONU femmes, du FIDA et du PAM, à toutes et à chacun en vos titres et qualités, pour votre accueil chaleureux. C’est pour nous, un véritable honneur d’avoir la possibilité d’assister aujourd’hui au lancement du programme conjoint d’accélération de l’autonomisation économique des femmes dans le monde rural.

 Avec mes Collègues, Hélène Rijkmans et Marc jolling, nous sommes particulièrement heureux de cette visite car comme nous sommes les représentantes de la section bilatérale d’amitié entre le Niger et la Belgique, nous voulions, dans ce cadre, soutenir et donner un véritable écho à un projet. Alors, lorsqu’Eliane Najros, représentante de la FAO, nous a présenté le programme conjoint, ça nous est apparu comme une évidence, nous devions donner, à notre section d’amitié, un objectif axé sur l’égalité entre les hommes et les femmes !

 De fait, Hélène et moi sommes deux parlementaires femmes et particulièrement actives dans les travaux d’égalité des chances au Parlement wallon et au Sénat. Je laisserai Hélène se présenter et vous parler de ces enjeux qui lui sont très chers.

 La Belgique a toujours considéré le Niger comme un pays partenaire et est très active dans l’aide au développement ici, notamment dans les secteurs de la santé et du développement rural.

 Hier, nous avons eu l’occasion de visiter deux clubs Dimitra, projets financés par la coopération belge et mis en place par la FAO, l’un à Banizoumbou et l’autre à Gasseda. Ces clubs d’écoute qui sont à la base du programme conjoint nous ont énormément impressionnés. En effet, ils représentant déjà une belle réussite, et ce, sur plusieurs plans : celui de l’information et de la communication, sur le plan familial, du dialogue, de l’amélioration des conflits, de la prise de décisions, de la santé, de la nutrition, de la cohésion sociale, des mariages précoces, de l’éducation, ..

 Autant de thématiques qui ont été et seront encore abordées pendant cet atelier je suppose. Nous sommes vraiment très heureuses de pouvoir constater, à cette occasion, ces effets positifs car cela nous permettra d’exposer ces projets devant nos assemblées. Les questions de représentation des femmes en politique, des jeunes, et des jeunes femmes et de l’accès à l’éducation, nous intéressent également. L’autonomisation de la femme dans la société est un combat à mener et à soutenir partout, de la Belgique jusqu’ici, au Niger. Nous souhaitons, vraiment, à cette occasion, montrer que des pays d’Europe, tels que la Belgique, s’intéressent à ces projets.

 Et pour conclure, je citerai le poète Aragon qui a très justement dit un jour cette phrase, qui prend tout son sens aujourd’hui, … il a dit «La femme est l’avenir de l’homme.»